Conseils de prévention face à l’épidémie de Coronavirus Covid-19

13 mars 2020

Comme toujours, mais encore plus en cette période, respectez-vous, respectez votre corps, ceci signifie entre autres : 

4.  Pas de stress ! Angoisse, inquiétudes, anxiété… Un système nerveux fatigué, trop sollicité présente un terrain favorable aux virus. N’hésitez pas à vous complémenter en Magnésium en cas de fatigue. Les magnésiums les plus assimilables : bisglycinate de Mg, glycérophosphate de Mg, ou sous forme ionisée (Catalyons).

1. Une bonne hydratation, régulière tout au long de la journée, mais surtout au réveil … Tisanes, thé vert seront bénéfiques, le jus de citron /gingembre du matin est également très intéressant. 

2. Oxygénation, aération, mouvement : prenez le temps de respirer, de bouger (même doucement), mais aussi de transpirer !

3. Autant que faire se peut, respecter votre besoin de sommeil. Ce point est très important … Et ce n’est pas parce que vous buvez du café que votre corps est moins fatigué !  Au contraire … vous tirez sur la corde … Remplacez le par du thé vert ou blanc (bio) qui boostera vos défenses immunitaires. En cas de fatigue physique, une spiruline de bonne qualité vous redonnera de l’énergie.

5. Alimentation: vous vous en doutez, faire la place aux fruits et légumes de saison, frais, bio est la base pour apporter à votre corps et son microbiote les nutriments qui vont lui permettre de fonctionner au mieux.  En effet, les intestins qui représentent 215m2 sur une longueur de 4m 50, contiennent 10 000 milliards de bactéries. C’est ce qu’on appelle le microbiote. Ce système représente 89% de notre immunité. Pour le nourrir les fibres sont indispensables. Pour les intestins fragiles des solutions existent. En cas de dysbiose et autres problèmes intestinaux, je vous invite à vous en occuper.

Les crucifères avec toute la famille des choux et notamment le brocolis (peu cuit) est une mine de composés permettant de stimuler les défenses immunitaires. Certains champignons comme le Reishi ou le Shitaké, sont aussi de forts stimulants.

Limiter les sucres rapides toujours et encore, leur excès déséquilibre l’ensemble du fonctionnement de vos organes.

Dîner léger, de façon générale ne surchargez pas votre système digestif/ hépatique.

6. Enfin, certaines huiles essentielles (HE) et plantes à visée de renforcement immunitaire ou antivirale peuvent être un complément précieux.

Je précise que, bien-sûr, ces plantes n’ont pas prouvé leur efficacité sur le virus Covid 19 en particulier, puisque ce virus était inconnu jusqu’alors. Cependant, sans rentrer dans le détail des modes d’action des huiles essentielles, on peut dire que celles-ci agissent sur la contamination virale par des actions assez semblables quelque-soit le virus. Mais il est vrai qu’en fonction des types de virus (présence d’une capside ou non, virus à ADN/ ARN … ), et en fonction des organes cibles ( ici, voies respiratoires), certaines HE seront plus appropriées. C’est en fonction de ces données que le choix des HE suivantes est fait. Ce choix s’oriente également sur des HE à la toxicité minimale.

Les conseils énoncés ci-après s’adressent aux adultes et enfants de plus de 6 ans. Concernant les plus jeunes enfants et femmes enceintes, veuillez me consulter. En cas d’intestins irritables, sensibles et autres syndromes intestinaux préférez la voie cutanée à la voie orale, ( et surtout ne laissez pas s’installer ces déséquilibres). 

Un test vérifiant l’absence d’allergie aux huiles essentielles est recommandé : déposer une goutte de l’HE dans le creux du coude, observer l’éventuelle réaction sous 12h.

Ces traitements ne doivent pas perdurer de façon continue plus de 3 semaines

_______________

On commence par la plus connue :

L’huile essentielle (HE) de Ravintsare, (Cinnamomum camphora CT 1,8-cinéole, rameau feuillé). Par ses fortes propriétés immuno-stimulantes et antivirales, elle présente le potentiel recherché.

Je précise que l’HE de Saro (Mandravasarotra) (Cinnamosma fragrans, feuilles) est un équivalent dans cette indication. Son utilisation permet de pallier à une surexploitation des ressources en Ravintsare, malgaches, notamment. La gestion des ressources est un point écologique (et économique) crucial en aromathérapie.

Par ailleurs la famille botanique des Melaleuca sera utile, mais leur utilisation sera plus ponctuelle (15 jours max) et à éviter chez les personnes présentant des maladies hormono-dépendantes :

– le Tea tree  (Melaleuca alternifolia, feuilles) : action anti-virale et immunostimulante +++

– le Niaouli (Melaleuca quinquenervia feuilles) : encore plus actif sur les virus mais moins sur l’immunité

–  le Cajeput, (Melaleuca cajeputii feuilles) : très anti viral, proche du Niaouli

 

Ces HE seront utilisées par voie cutanée : 2 à 4 gouttes ( avec 4 gouttes d’huile végétale de votre choix si vous avez la peau fragile), 3 à 4 fois / jour

–  en massage sous la plante des pieds pour les peaux sensibles et jeunes enfants

– sinon sur les avant-bras à partir des poignets : ne pas oublier de les respirer 3 fois profondément,

– l’application sur la ligne claviculaire permettra une diffusion plus proche des voies respiratoires et une respiration passive de l’HE.

 

Toutes ces plantes ne poussent pas sur notre continent et leur utilisation pose la question écologique du transport et de l’exploitation de ressources souvent mal gérées…

Alors je vous propose des alternatives plus proches de nous.

Le Laurier noble (Laurus nobilis, feuilles) est une HE très complète présentant (parmi beaucoup d’autres propriétés) une activité anti-virale forte et une dominante d’action sur la sphère ORL.

Cette HE sera utilisée par voie orale : dans notre optique de prévention :  2 gouttes matin et soir, dans un peu d’huile végétale, un bout de pain, du miel…

Pour finir et compléter l’HE de Laurier noble :

l’HE de Thym à thujanol ( Thymus vulgaris CT thujanol, sommité fleuries) sera une solution des plus précieuse.
Le Thym que l’on consomme fréquemment et avec raison sous forme infusée, présente les propriétés souhaitées au niveau ORL. Par ailleurs, elle stimule l’immunité et rééquilibrant une situation de fatigue nerveuse. Et surtout elle possède une action de protection et stimulation hépatique

Cette HE sera aussi utilisée par voie orale : dans notre optique de prévention :  pour un adulte : 2 gouttes matin et soir, pour un enfant de 7 à 13 ans : 1 goutte dans du miel le matin.

 

 PS   :  Je ne rabâcherai pas les consignes de gestes impératifs du quotidien que vous connaissez par cœur … enfin j’espère !

Pour terminer, en cas de contamination, il sera préférable bien sûr de consulter un médecin qui posera un diagnostic. Les huiles essentielles trouveront leur place dans un traitement curatif à but toujours anti-viral mais aussi anti-infectieux, expectorant, oxygénant. Pour la mise en place d’un tel traitement une prise en charge individuelle est nécessaire. Afin de respecter les consignes visant à limiter les contaminations, des rdv par téléphones ou en visio-appel sont une solution.

Alors qu’est ce que je fais de tout çà ?

En résumé, une bonne solution en prévention me parait être :

Le matin :

Avaler au petit déjeuner dans du miel ( accompagné d’un grand bol de thé vert ou tisane !)  : 2 gouttes d’HE de Laurier noble

1 goutte d’HE de Ravintsare sur les poignets et 2 gouttes sur la ligne claviculaire. L’huile végétale en support est facultative, cette HE n’est pas agressive. La pénétration sera plus rapide.

( à midi en cas de terrain faible, fragile : avaler à nouveau 2 gouttes d’HE de Laurier noble ou Thym à thujanol)

Dans la journée :

Reproduire 1 à 2 fois  le protocole avec l’HE de Ravintsare. Vous pouvez alterner avec le Niaouli ou le Tea tree.

Le soir

Avaler après le repas 1 à 2 gouttes d’HE de Thym à thujanol dans du miel

… une bonne tisane et … au lit !

pas plus de 3 semaines consécutives

 

182 Partages
Partagez182
Partagez
Tweetez